Devrions-nous abandonner notre anonymat en ligne ? - EasyForma

Devrions-nous abandonner notre anonymat en ligne ?

Anonymous

Dans le monde représenté dans le film ANON sur Netflix, la vie privée n’existe pas. Le gouvernement enregistre tout ce que vous voyez et examine les séquences à la première personne lorsque l’autocensure de facto ne parvient pas à prévenir un crime. Alors qu’elle enquête sur une série de meurtres, un détective (Clive Owen) rencontre un pirate informatique insaisissable (Amanda Seyfried) qui a réussi à se retirer de la grille. Elle se retourne contre lui dans le jeu du chat et de la souris qui s’ensuit, et il commence à remettre en question sa dévotion à la loi.

Nous ne vivons pas encore dans un monde où la police peut revoir ce que vous avez vu au lieu de prendre une déclaration, mais le sujet de l’anonymat, en particulier en ligne, inspire des opinions fortes qui tombent principalement dans deux camps. Il y a ceux qui haussent les épaules et acceptent le fait qu’un tracking de données est une fatalité de la vie moderne, et il y en a d’autres qui défendent leur droit de rester anonymes en ligne en tant que liberté inaliénable, un peu comme la liberté d’expression. Certains prennent des mesures extrêmes pour protéger leurs informations, investissant du temps et de l’argent dans des plates-formes qui leur permettent de naviguer, d’acheter et de surfer comme ils le souhaitent, relativement non détectées.

Alors, quelle est la valeur de l’anonymat dans un monde de plus en plus numérique ? Ci-dessous, nous déballons quelques-uns des débats en cours sur ce sujet.

L’idéologie de l’anonymat

anonymat en ligne

Historiquement, il y a eu un accord tacite parmi les utilisateurs d’Internet sur le fait qu’un certain degré d’anonymat est à la base de notre nouveau monde numérique. Comme le savent bien tous ceux qui ont expérimenté les bavardoirs au début de l’ère dot-com, les pseudonymes sont depuis longtemps un élément bien établi de la communication en ligne. Mais ces dernières années, des camps idéologiques distincts ont émergé, suscitant un débat sur la question de savoir si l’anonymat en ligne est une bonne chose ou non – et ce qui, le cas échéant, devrait être fait pour le protéger ou l’éliminer.

Il y a trois types de pensée idéologique et de débat éthique lorsqu’on parle de l’anonymat en ligne et de la protection de la vie privée.

L’anonymat comme symbole de la liberté d’expression

Cet argument oppose le droit à la liberté d’expression au droit à l’information sur les personnes avec lesquelles vous interagissez en ligne. Un camp soutient que l’anonymat en ligne est un droit étroitement lié aux libertés comme le Premier amendement des États-Unis. Ce groupe soutient que les pseudonymes et l’anonymat protègent les utilisateurs de recevoir, par exemple, des menaces de mort lorsqu’ils font un commentaire controversé sur un forum. Ils pensent qu’il y a quelque chose de fondamental au sujet du droit à l’anonymat – et ils ont un précédent de leur côté.

L’autre extrémité croit que les personnes qui souhaitent exprimer leurs opinions en ligne devraient être tenues de mettre leur nom derrière leurs mots et leurs convictions. Ce processus de réflexion est probablement enraciné dans le désir de demander des comptes aux utilisateurs d’Internet et de réduire la pêche à la traîne.

anonymat en ligne

Les deux arguments sont fondés sur des considérations éthiques sérieuses : Quel est le véritable rôle de l’anonymat sur Internet – d’autant plus que la société en ligne devient de plus en plus synonyme de la société dans son ensemble ? Est-ce que l’intention de l’utilisateur est prise en compte dans ces décisions ? Enfin, quel rôle les entités dirigeantes devraient-elles jouer pour protéger à la fois la vie privée et les personnes ?

Certains gouvernements ont adopté des lois qui penchent d’un côté du débat. Par exemple, le “droit à l’oubli” a pris une place dans le feu des projecteurs culturels et politiques dans des endroits comme l’UE et l’Argentine. Certaines lois, comme la récente mise en œuvre du GDPR, stipulent que les citoyens ont le droit de demander que leurs données personnelles soient effacées des résultats des moteurs de recherche ou des sites de médias sociaux.

Anonymat et vie privée

La plupart des gens ne baissent pas les yeux lorsqu’ils sont informés qu’un site ou un service peut (lire : va presque certainement) suivre une partie de leur comportement en ligne. Pour les personnes les moins prudentes, le partage des données personnelles de base vaut la peine pour les avantages.

En d’autres termes, certaines personnes sont heureuses de sacrifier leur anonymat pour des raisons de commodité. Pour ce groupe, cela vaut la peine de partager des données (comme la géolocalisation) avec des tiers.

À l’extrémité du camp pro-vie privée, certaines personnes tentent de sortir complètement de la grille dans l’objectif d’un véritable anonymat. Pensez à l’équivalent moderne de garder de l’argent sous le matelas – en beaucoup plus compliqué. Bien qu’il existe des cas documentés de personnes vivant totalement hors réseau, à moins que vous ne soyez prêt à abandonner tous les appareils numériques, il s’agit d’un sacrifice qui implique un effort et un isolement laborieux.

Quelque part au milieu de ces deux camps, il y a des gens qui jurent par des plateformes ou des services qui obscurcissent leur identité en ligne jusqu’à un certain point : VPN, services d’anonymat, détectives de données privées, et même des gadgets espions. De nombreuses personnes entrent ici dans la catégorie intermédiaire, se contentant généralement de partager certaines de leurs données, mais aussi d’employer les mesures de sécurité proactives nécessaires pour tenir les cybercriminels à distance.

Devrions-nous abandonner notre anonymat en ligne ?
5 pour 2 votes
Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *