0

Facebook : l’entreprise que les gens aiment détester

Son témoignage au Congrès américain derrière lui, les actions de son entreprise rebondissant, un Mark Zuckerberg confiant a pris la scène à San Jose (Californie) mardi à F8, la conférence annuelle de Facebook. Le PDG de Facebook était encore plus à l’aise qu’avant, comme si tous les procès des deux derniers mois l’avaient renforcé.

Zuckerberg a passé les 15 premières minutes de l’événement à parler des responsabilités de l’entreprise, promettre une réforme et déployer de nouvelles fonctionnalités destinées à répondre aux critiques. Le changement évoqué est un nouveau contrôle de confidentialité qui permet aux utilisateurs de Facebook de supprimer les informations que Facebook a glanées sur leurs habitudes de navigation. Zuckerberg l’a comparé à l’effacement des cookies d’un navigateur web. Il va bientôt sortir et sera nommé Clear History.

Mark Zuckerberg

Et c’est pour mettre en lumière cette réforme de Facebook que cet événement a été organisé. Les vilaines choses qui ont englouti l’entreprise depuis la campagne électorale américaine de 2016 n’ont pas disparu, mais le message était qu’ils ont mesuré l’ampleur du problème, affecté les ressources appropriées et qu’ils allaient maintenant assurer la sécurité des gens (et des démocraties). Dans les coulisses, Facebook a connu la période de relations avec la presse international la plus intense jamais vue jusqu’à présent. Ils sont prêts à parler, prêts à s’entraîner, prêts à relever le défi de ce que Zuckerberg a appelé à F8 une “vision plus large de leur responsabilité” envers le monde.

Avant de parcourir la litanie de ce que Facebook a fait pour renforcer l’intégrité informationnelle et électorale, Zuckerberg a donné une idée de ce que Facebook signifie. Que perdrait le monde, demandait-il, si Facebook disparaissait ?

Il a répondu qu’en 2004, on pouvait trouver presque tout sur Internet, sauf ce qui compte le plus pour les gens : d’autres personnes. “J’ai donc commencé à mettre les gens au centre de notre relation avec la technologie”, a déclaré M. Zuckerberg.

C’est une nouvelle rhétorique intelligente de sa part, et cela va droit au cœur de l’inconfort que beaucoup de gens dans la Silicon Valley et ailleurs ressentent à propos de la mission de Facebook.

Facebook a comblé l’écart entre qui vous êtes dans le monde réel et ce que les machines ont compris à votre sujet. L’entreprise a forcé le monde numérique et le monde physique à se rapprocher.

C’est pourquoi leurs publicités sont efficaces, comme l’indique la croissance massive de leurs revenus, alors que le nombre d’impressions publicitaires réelles qu’ils ont diffusées a augmenté modestement. Les prix des publicités sur Facebook augmentent parce que ces publicités sont performantes.

C’est aussi la raison pour laquelle l’entreprise avait une politique de noms réels, et pourquoi ils voulaient que leur carte des relations humaines soit une carte exhaustive. C’est pourquoi ils sont devenus profondément enchevêtrés dans les processus sociaux et politiques à l’échelle mondiale.

conférence F8

Même dans leurs expériences plus éloignées de la réalité virtuelle, Facebook veut défier la distance, ce qui est une autre façon de dire qu’ils veulent supprimer la distinction entre virtuel et physique. Un grand nombre de leurs nouveaux produits – de la réalité augmentée à la vidéo de groupe en passant par les concerts en réalité virtuelle – ont pour but d’interagir avec vos amis dans un environnement numérique ou d’amener des objets connectés dans un environnement physique. Traversez cette ligne suffisamment de fois et elle commencera probablement à devenir poreuse ou même à disparaître complètement.

Paradoxalement, les personne qui ont été et sont proches de Zuckerberg déclarent qu’il ne se soucie vraiment pas de l’argent. Ils disent qu’il ne s’en soucie jamais et qu’il ne s’en soucie toujours pas. L’argent n’est que le carburant qui fait fonctionner les machines qui permettent à Facebook de construire le monde qu’eux seuls croient avoir entrevu.

“Je crois que nous devons concevoir la technologie pour rapprocher les gens”, a déclaré M. Zuckerberg sur scène. “Si nous ne travaillons pas là-dessus, le monde n’avancera pas tout seul dans cette direction.”

Facebook : l’entreprise que les gens aiment détester
5 pour 1 vote
Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *