5 tendances SEO majeures pour 2019

SEO

Google investit massivement pour être le meilleur en fournissant toujours une réponse plus fiable aux internautes. Pour évoluer positivement, les moteurs de recherche mettent à jour constamment leurs algorithmes de positionnement. C’est ainsi que naissent les tendances SEO. En 2019 quelles seront les tendances les plus impactantes pour votre stratégie ?

Pour être au sommet de tous ces mouvements, il faut constamment anticiper votre référencement naturel et l’adapter aux fluctuations stratégiques et nouvelles tendances. Un raccourci vers le succès : connaître les tendances à venir et élaborer un plan d’action pour chacune d’elles.

Cette année, Google a ébranlé le monde avec ses efforts en matière d’adaptabilité mobile et de vitesse. En conséquence, la plupart des efforts de l’année prochaine en SEO sont attendus dans cette direction. Examinons ces tendances et les façons optimales de les intégrer à vos campagnes de référencement naturel.

1.L’indexation Mobile-First

En résumé, l’indexation mobile first signifie que Google utilise la version mobile de votre page pour l’indexation et le classement. Depuis mars 2018, Google a commencé le processus de migration des sites vers le premier index mobile. Il se peut que la Search Console vous en ait déjà averti.

Gardez à l’esprit qu’un indice mobile first ne signifie pas “mobile uniquement”. Il n’y a toujours qu’un seul index pour les versions mobile et de bureau. Cependant, le buzz “mobile first” signifie que Google utilisera les versions mobiles pour le classement une fois que le site aura migré.

Avec le mobile first, votre site mobile devient la principale source pour votre positionnement naturel. De fait, plus question de mettre en doute les bénéfices d’un site mobile friendly.

Pour comprendre comment les crawlers des moteurs de recherche voient vos pages mobiles, parcourez-les avec un robot mobile. Par exemple avec les outils de test mobile de Google qui pourra vous donner un rendu mobile et identifier les éléments à corriger au niveau UX. Vérifiez régulièrement si vos pages offrent une expérience utilisateur impeccable.

Suivez la vitesse de chargement de vos pages mobiles en les passant dans l’outil de performance de Google :  PageSpeed Insights qui fonctionne sur le nouveau modèle « lighthouse ».

2.Performance web et vitesse de chargement

chargement

Google est toujours à la recherche d’une UX parfaite et rapide. Le temps de chargement des pages du bureau a toujours été un facteur d’accroissement de votre référencement naturel. Mais c’est en Juillet dernier que s’officialisent les choses avec la venue d’un update Google spécifique. Avec le « Speed update » la vitesse de page mobile est devenu un facteur de classement en accord avec le mobile first.

Ce changement crucial nécessite de bien comprendre quelles métriques sont importantes pour Google en termes d’évaluation de la vitesse des pages.

Historiquement, lorsqu’un site était analysé dans PageSpeed Insights, il était évalué uniquement sur la base de paramètres techniques. Désormais, tant pour desktop que mobile, il est classé en fonction de deux paramètres différents : Optimisation UX et Speed.

La partie qui change la donne ici, c’est la façon dont le score de vitesse est généré. Les données pour les métriques proviennent du rapport « Chrome User Experience », la base de données des performances des utilisateurs réels. Il reflète comment votre site se charge pour chaque visiteur. Mais il est évidemment difficile de mesurer la vitesse à laquelle l’appareil de chaque visiteur charge votre site.

Quant au score d’optimisation, vous pouvez le contrôler totalement en corrigeant tous les problèmes qui empêchent votre site de se charger rapidement.

Alors, quelle métrique a la plus forte influence sur les classements ? Il y une corrélation entre la position de la page et ses performances réelles, mais pas son score de vitesse. En d’autres termes, Google peut maintenant évaluer votre site comme lent, et votre classement restera le même.

Cependant, la mesure de la vitesse est quelque chose de nouveau, il est donc clair que Google la teste. Avec le temps, ces corrélations peuvent changer avec imaginons une pondération variable suivant la typologie de site web plus ou moins dépendant d’un taux de chargement rapide tel que les e-commerce pure player.

L’optimisation du site et le suivi des résultats sont entièrement entre vos mains. Google fournit désormais une liste de recommandations assez précise sur les améliorations à mettre en place via son outil d’analyse. Suivez-les au maximum pour faire grimper votre score : configuration serveur, mise en cache, chargement différé des ressources, compressions des images et code HTML CSS et JS.

3.Le nom de marque comme signal de positionnement

Gary Illyes, Google Webmaster Trends Analyst, a déclaré chez Pubcon que Google utilise les mentions de marque en ligne dans ses moteurs de recherche. Il y a deux façons d’utiliser une marque comme signal de classement.

Tout d’abord, grâce à des mentions de marque ne faisant pas l’objet de liens externe, le moteur de recherche apprend que votre marque est une entité. En analysant plus en détail toutes les propriétés qui le mentionnent, Google obtient une meilleure image de votre autorité dans un domaine particulier.

Deuxièmement, le sentiment et le contexte de chaque composante comptent : réputation, confiance, publicité, résolution des plaintes, etc. Grâce à cette contextualisation, Google apprend à distinguer le bon du mauvais. Par exemple, ses lignes directrices sur la qualité de la recherche précisent que la réputation est importante pour le classement. Par conséquent, le sentiment entourant les mentions de marque peut affecter le classement du site.

Afin d’améliorer ce critère, tentez de mentionner votre nom de marque en ligne chaque fois que vous en avez l’occasion naturelle, sans backlink. Cela permettra d’améliorer la contextualisation de votre marque sur la toile et dans votre secteur d’activité. Plus Google identifie votre marque et peut la relier à un contexte commercial et à votre site (via vos titres de pages ou microdonnées) plus vous aurez de chances de gagner des positions sur votre corpus de mots clés.

Au service de votre réputation. Essayez de répondre et traiter les difficultés de vos clients mentionnées ici et là sur les plateformes de vente, réseaux sociaux… Engagez-vous aussi avec des clients heureux. Pour cela, suivez les mentions de votre marque en ligne. Essayez l’outil de surveillance Awario pour trouver de telles mentions sans backlink partout sur le Web.

Trouvez des nouveaux influenceurs prêts à relayer votre marque. L’outil Awario a tout ce qu’il faut pour vous aider ici aussi.

Surveillez vos concurrents. En procédant à une analyse de leurs stratégies, vous examinerez vos propres efforts de référencement de manière holistique, et non ponctuelle. Pour cela, regardez les mentions de marque des concurrents pour voir comment ils se font connaître. Vous analyser ainsi une analyse sur leur positionnement de marque et constatez leurs bons et mauvais points.

4.La RGPD

RGPD

Un peu lourd ce printemps lorsque votre boîte de réception fut remplie de courriels sur le RGPD et la politique de confidentialité. C’est quoi, ce truc ?

RGPD est le règlement général sur la protection des données adopté dans notre chère Union européenne. Elle réglemente une question récurrente et importante : à qui appartiennent les données créées par les interactions des utilisateurs en ligne. Ce choix est désormais laissé à la discrétion des utilisateurs, et non des entreprises qui les collectent. Par conséquent, les utilisateurs peuvent désormais demander à voir quelles données personnelles l’entreprise possède à leur sujet et demander leur correction ou leur exportation. Si une entreprise ne respecte pas la réglementation, elle peut se voir infliger de lourdes amendes (20 millions d’euros ou 4% du bénéfice annuel de l’entreprise).

Ce règlement concerne les entreprises et les clients de l’UE. Toutefois, les entreprises internationales devraient également se conformer au RGPD. En conséquence, Google a aussi décidé d’introduire des changements dans Analytics. Désormais, toutes les données personnelles des utilisateurs expirent 26 mois après leur collecte. Ces données comprennent les données démographiques et les données sur les affinités (conservées auparavant à perpétuité) et ne comprennent pas les séances et l’atteinte des objectifs. Toutefois, chaque propriétaire de site peut modifier cette période par défaut de collecte de données. De plus, il est maintenant possible de supprimer les données des utilisateurs individuels sur demande.

Si vous n’avez pas de clients européens :

Vous pouvez passer à l’option “n’expire pas automatiquement” dans Google Analytics. Attention, Google se dégage ainsi de toute responsabilité en matière de protection des données des utilisateurs à votre égard. De plus, ces efforts de contrôle des données des utilisateurs peuvent s’étendre bien au-delà de l’UE. Il suffit d’attendre.

Si vous avez des clients européens ou envisagez de le faire :

  • Passez en revue toutes les sources qui recueillent des données d’utilisateur sur votre site. Veillez à ne pas envoyer accidentellement des données personnelles à Google Analytics;
  • Mettre à jour votre dossier de politique de confidentialité selon les exigences du RGPD ;
  • Révisez votre formulaire de consentement aux témoins. Il devrait contenir le contenu suivant : quels renseignements vous recueillez, pourquoi vous le faites, où vous le stockez, affirmez que l’information est protégée ;
  • Si vous utilisez Google Tag Manager, activez l’anonymisation IP. Ne vous inquiétez pas, vous aurez toujours une idée générale d’où vient votre trafic. Ce sera juste un peu moins précis.

2.Les requêtes Amazon

Tout d’abord, Amazon n’est pas un moteur de recherche universel. C’est un algo similaire à celui de Google, mais utilisé pour la recherche interne dans les pages Amazon.

Quel est l’intérêt de ces recherches « on-site » ?

De plus en plus de gens vont directement sur Amazon pour faire du shopping. Selon une étude, 56% des consommateurs visitent d’abord Amazon s’ils ont des achats en tête. 51% vérifient auprès d’Amazon après avoir trouvé quelque chose ailleurs.

Ces chiffres nous disent qu’Amazon est en train de devenir Google du e-commerce. Cela signifie que si vous vendez quelque chose et que vous n’êtes pas sur Amazon, vous manquez tous ces 56% de clients potentiels.

Ainsi, si vous êtes un vendeur de livres, musique, électronique, etc, inclure l’optimisation pour Amazon dans votre stratégie SEO.

Effectuer une recherche par mot-clé. Pour être plus au plus proche des recherches effectuées et utilisez Amazon lui-même. Puis rassemblez ces données pour :

  • Rendre le titre et la description de l’article efficaces et conviviaux (+ utilisation intelligente des mots-clés) ;
  • Fournir des images de haute qualité ;
  • Ciblez les mots-clés présents dans le maillage interne ;
  • Suivre les examens des clients et traiter les plaintes.

Peu de tendances, mais de grands changements. Alors que tout ce qui est mobile va loin, nous devons encore garder un œil sur Amazon et les conséquences potentielles de la RGPD. Cette liste est encore une prédiction, nous aurons sûrement des millions de choses à venir en 2019. En attendant, vous pouvez toujours faire appel à un consultant SEO freelance pour vous accompagner dans l’adaptation de votre stratégie à toutes les problématiques citées et améliorer le positionnement de votre site web dans les SERPs.

Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

1 thought on “5 tendances SEO majeures pour 2019

  1. Je trouve ça très complet même si j’aurais aimé que tu développes plus sur la partie analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) du RGPD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *