0

Quel est le statut idéal pour créer son entreprise seul ?

Le choix du statut juridique détermine le cadre légal dont un jeune entrepreneur a besoin pour lancer son activité. Il aura des incidences sur sa rémunération, les charges sociales qu’il va payer ainsi que ses impôts et ses droits au chômage. Bien le choisir est primordial car créer une EURL est plus complexe que d’entreprendre sous le régime de la micro entreprise.

Choisir entre créer une EURL ou une EIRL.

Pour lancer une activité sans limitation de chiffre d’affaires, ces régimes présentent des similitudes mais ne s’appliquent pas aux mêmes structures.

L’EIRL ou entreprise individuelle à responsabilité limitée

Elle prévoit de confondre la personne du dirigeant et celle de l’entreprise en limitant les risques, via une déclaration d’affectation. Le nouvel entrepreneur ne voit sa responsabilité engagée qu’à hauteur des biens affectés à son activité. Les formalités de création sont plus simples que pour une EURL. Il suffit de déposer une déclaration d’affectation au centre de formalité des entreprises, sans bourse déliée. Mais si vous prévoyez dans l’avenir de vous associer, il est préférable de créer une EURL (voir ici) car l’EIRL ne permet que d’évoluer seul.

L’EURL ou l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

Ce statut réunit les avantages de celui de la SARL, mais sans l’obligation de s’associer. La responsabilité de l’associé unique n’est engagée qu’à hauteur de son apport personnel. Mais, contrairement à une EIRL, créer une EURL nécessite la constitution d’un capital. La création de l’entreprise est beaucoup plus complexe et requiert une rédaction des statuts, pour prévoir le fonctionnement de la société. Il faut aussi publier un avis de constitution dans un journal légal et constituer un imposant dossier de création.
Cependant, créer une EURL de préférence à un EIRL se justifie si l’arrivée de nouveaux partenaires, notamment financiers, est prévue dans l’avenir. Le basculement de la société en SARL est en effet prévu dans ce cas de figure.

Les autres statuts pour entreprendre en solo

entreprise en ligne

D’autres statuts permettent de se lancer seul dans l’aventure de l’entreprenariat. Le plus populaire, qui séduit le plus de jeunes, compte tenu de sa simplicité administrative, demeure le statut d’auto-entrepreneur.

L’auto entreprenariat pour les petites structures

Les avantages de ce régime (le statut stricto sensu restant celui de l’entreprise individuelle) ne sont pas des moindres pour stimuler la création d’entreprise. Les formalités de création sont réduites (l’inscription peut se faire en ligne) et le travail de gestion comptable très simplifié. L’auto entrepreneur s’acquitte de ses cotisations sociales en un seul et même paiement et celles-ci sont calculées proportionnellement au chiffre d’affaires qu’il déclare. Son impôt sur le revenu sera aussi calculé en fonction de ce chiffre et il ne facture pas de TVA à ses clients. Mais ce régime souffre d’un gros inconvénient : le chiffre d’affaire annuel est plafonné à 70 000 euros pour les prestations de services et 170 000 euros pour la vente de marchandises. Il est préférable donc de créer une EURL si l’on prévoit de vite dépasser ces plafonds.

La SASU ou société par actions simplifiée unipersonnelle

Plutôt que de créer une EURL, certains entrepreneurs qui se lancent dans l’aventure préfèrent le statut d’une société par actions. Il offre de gros avantages, comme celui de continuer à profiter de ses ARE pour le président, tant qu’il ne touche pas de rémunération.  Tout comme l’EURL, la SASU facilite le développement d’activité. Il suffit de céder une partie des actions aux nouveaux arrivants. La société se mue alors en SAS, ce qui nécessite qu’elle transforme ses statuts. Comme l’EURL, ce statut est à responsabilité limitée pour les activités où le risque existe.

Il est parfois difficile de définir au départ le meilleur statut à choisir pour l’entrepreneur qui évolue seul. Certains aspects de son projet, comme le caractère risqué ou non de son activité, sont déjà de bons indicateurs pour asseoir son choix.

Quel est le statut idéal pour créer son entreprise seul ?
Noter cet article
Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *