Des nouveaux emojis viennent de sortir

emoji

Début juin, l’annonce a buzzé sur internet : de nouveaux emojis seront présents sur nos écrans d’ordinateurs et de smartphones dès septembre 2018. Le design ne serait pas encore définitif, mais les internautes ont pu en avoir un aperçu le 5 juin dernier.
Les emojis, c’est la nouvelle mode de ces dernières années. Ils permettent en un dessin de faire passer une émotion ou une idée. “Représenter”, c’est leur job. Alors zoom sur l’histoire des emojis et sur l’arrivée des petits nouveaux.

Retour sur l’histoire des emojis

Le mot “emoji” vient du japonais et signifie simplement “émoticône”. Plus spécifiquement, “e” signifie “l’image” et “moji”, “la lettre”. Certains emojis sont bien spécifiques au Japon et à sa culture, mais d’autres ont dépassé les frontières et sont utilisés dans le monde entier grâce à Apple, Android, Gmail ou Windows.
Les premiers emojis ont vu le jour à la fin des années 1990 et ont été créés par Shigetaka Kurita au sein de la société de téléphonie DoMoCo. Pour l’histoire, les japonais utilisaient à l’époque de plus en plus de SMS pour envoyer des photos, ce qui utilisait beaucoup de données. L’emoji a été inventé pour utiliser moins de photos et moins de caractères afin d’envoyer des messages plus légers. Ils sont à ne pas confondre avec les “émoticônes”, qui eux s’écrivent directement avec des caractères typographiques (tels que  🙂 ) et ont été inventés dans les années 80. Il existe aussi les “kaomojis”, spécifiques au Japon. Alors que les émoticônes mettent le projecteur sur la bouche 🙂 ou 🙁 ou :-/ le kaomoji lui, met l’accent sur les yeux. On trouve alors des dessins tels que (*`へ´*) ou (^_^).
Les emojis font maintenant partie de la vie de chaque internaute et utilisateur de smartphone. On trouve ainsi de nombreux produits dérivés (papeterie, sacs, coussins…) et un film sur le sujet est même sorti en 2017 : Le Monde Secret des Emojis, qui se place dans une appli de messagerie où chaque emoji rêve d’être envoyé par l’utilisateur.

Emoji

A quoi servent les emojis ?

Avec une base de données de déjà 2 666 symboles, les emojis ont bien conquis le monde virtuel. Leur rôle ? D’après le sociologue André Gunthert, il serait triple : esthétique (pour faire joli à la fin du message), ludique (pour apporter de la légèreté) ou sémiotique (pour apporter de l’ambiguité). Ce qui fait leur succès est aussi leur diversité : on peut les utiliser pour de nombreuses situations. Disons que faire des rencontres à Paris est désormais assez simple grâce aux applis de rencontre. Après un date très réussi, un emoji vaut mieux que des longs discours (emoji amoureux, emoji bisous ou coeur) : il fait tout de suite comprendre le message sans s’embarrasser de mots.
Les études ont montré qu’on n’utilise d’ailleurs pas les mêmes emojis suivant les pays. Les Français par exemple, utiliseraient quatre fois plus l’emoji coeur que les autres pays. Les Australiens seraient de grands adeptes des emojis autour de l’alcool et de la drogue, les Espagnols ceux sur le thème de la fête, et les Américains les emojis tech et LGBT.
Et on peut dire que les utilisateurs prennent les emojis très au sérieux. En 2017, un scandale éclate autour de l’emoji burger de Google : le fromage était placé sous le steak et non au-dessus ! L’esclandre commence sur Twitter et atteint vite les oreilles de Sundar Pichai, l’un des grands patrons de Google, qui promet de corriger cette grossière erreur au plus vite.
smileys imprimés

Les petits nouveaux

Ce qui est cependant commun aux utilisateurs de chaque pays est de vouloir toujours plus d’emojis pour représenter plus de diversité. Mais qui est le grand patron derrière la machine ? Il s’agit du Consortium Unicode : une organisation qui a pour but de standardiser les caractères électroniques. Pas d’emojis donc, sans son aval. Le consortium propose donc les nouveaux emojis que chaque marque (Apple, Android, Facebook…) redessinera ensuite à sa convenance.
En 2015, après une pétition postée sur le site DoSomething et appelant à plus de diversité, les emojis avec différentes couleurs de peau apparaissent enfin. Ce sont deux employés de Google et Apple qui avaient demandé à l’époque une plus grande diversité de visages et de couleurs de peau.
2015 a été également l’année de la diversité au niveau du couple et des relations amoureuses puisqu’on voit apparaitre les emojis des couples gays ou des parents célibataires.

Et pour 2018 ?

Le 5 juin dernier, le consortium a donc donné son accord pour l’arrivée de nouveaux emojis dans notre base de données. L’un des grands marqueurs de diversité sera notamment l’arrivée d’emoji roux. En effet, il y a quelques mois une pétition avait circulé en Écosse pour l’arrivée de nouveaux emojis roux, et avait obtenu près de 20 000 signatures. On pourra donc bientôt envoyer des emojis auburn, mais aussi bouclés et chauves. Dans la catégorie nourriture, on trouvera un cupcake et un bagel ; chez les animaux, entre autres : un perroquet, un cygne, un blaireau et un paon. Quant aux visages, on trouvera des mimiques éméchées, implorantes, fêtardes, ou souffrantes de la chaleur ou du froid. Les scientifiques peuvent également se réjouir puisque l’on trouvera un emoji ADN, une éprouvette ou un microbe. Pour les grands enfants, super héros et super vilains seront au rendez-vous. Et enfin, tout un tas de nouveaux objets en vrac feront leur apparition : rouleau de papier toilette, pelote de laine, skate board ou boîte à outil. Au total, ce sont 157 nouveaux emojis qui devraient apparaître très bientôt sur nos smartphones.

Et après ?

Plus on communique avec des emojis, plus on se rend compte des manques et plus on veut en introduire des nouveaux. La bonne nouvelle est que l’on peut dès à présent soumettre ses choix à emojipedia.org. Sur le site, on trouve déjà une liste de nouveaux candidats pour 2019 tels qu’une personne en fauteuil roulant, un chien d’aveugle, une tête qui baille, un parachute, un masque de plongée, un sari, une huître, un falafel et un stéthoscope.

Et vous, de quels emojis auriez-vous besoin ?

Des nouveaux emojis viennent de sortir
4.7 pour 3 votes
Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *