A quel point la France aime les mangas ?

manga

La France est le 2ème pays au monde à acheter des mangas, derrière le Japon évidemment, mais devant les Etats-Unis !

Cette statistique bien connue des amoureux du Japon et de sa culture est à souligner car elle perdure.

En effet, les statistiques complète de 2018 sur le marché de la bande dessinée nous prouvent à quel point les français aiment les mangas.

Selon Jean-Marie Bouissou, historien français et spécialiste du Japon, il n’était pas rare de retrouver des lecteurs de manga au milieu du bus français dans les années 70-80 (déjà !).

Même si les média ont insisté lourdement dans les années 90 pour critiquer son influence, l’industrie de la bande dessinée se porte bien et elle peut remercier les mangas qui composent 35% du volume de ses ventes !

Avec plus 1.8 millions de ventes en 2018 en France, soit 2 fois plus que les comics, le marché du manga est porté par des hits.

Tout comme la BD qui est tirée vers le haut avec des titres comme le dernier Astérix et la Transitalique  (1.5 million d’exemplaires vendus), le manga peut remercier des franchises très connues comme One Piece, Naruto ou Dragon Ball.

Mais elle se renouvelle très bien avec par exemple «Boku no Hero Academia», crée par Kohei Horikoshi. Ce shonen et son super hero Izuku Midoriya face aux supers vilains (comme la sanglante Himiko Toga), a connu la plus grosse évolution de vente de manga entre 2016 et 2017 : 92.7% !

Pour vous donner un ordre d’idée, un manga lancé en 2013 comme « l’Attaque des Titans » et bénéficiant d’un anime de qualité, est classé second dans l’évolution des ventes entre 2016 et 2017 avec 19.1% d’augmentation.

2ème exemple montrant la popularité de « My hero Academia » :

One punch man est un manga lancé en France en 2016 (comme Boku no Hero Academia) et a sorti 9 tomes en 2016 et 2017 (contre 11 pour My Hero Academia) avec autant de vente que MHA (3.1% de part de marché du manga) mais avec seulement 3% d’évolution en 2017 contre 92.7% pour le manga de All Might et Midoriya Izuku !

Concrètement ? Cela veut dire que tout le monde a kiffé en 2016 les premiers mangas de Kohei Horikoshi au point d’en parler à tout le monde en 2017 pour qu’ils explosent ensuite leur nombre de vente.

2018 ok mais en 2019 ?

Même si les statistiques complètes se sont pas encore tombées pour l’année 2019, nous avons tout de même les chiffres du premier semestre.

Ne soyons pas trop lourd avec les chiffres mais citons au moins One Piece de Eiichiro Oda qui réalise déjà plus de 5 millions de vente ! Suivi de près par un tout nouveau manga qui fait sensation, The Promise Neverland en 2ème position derrière le manga de Luffy avec 4 millions de ventes (!). Enfin terminons avec Izuku et son rival Bakugo Katsuki de l’académie des super héros qui atteint 3 millions de vente pour le 1er semestre 2019.

Il y a les chiffres et la passion

Un truc pour comprendre à quel point les français suivent les parutions du Shonen Jump avec attention, c’est le nombre de YouTuber spécialisés dans les mangas.

En effet, ça n’a rien de scientifique mais on ne compte plus les passionnés comme Sora, Chef Otaku ou Rush Manga qui gère des chaînes YouTube à plusieurs centaines de milliers d’abonnés.

Même des mastodontes de YouTube comme le Rire Jaune choisissent le manga comme support pour monétiser leur audience (c’est également un choix du cœur, c’est vrai).

Le chef Otaku a dépassé la barre des 600 000 abonnés. Ce qui est intéressant c’est qu’il a énormément progressé grâce à ses reviews de l’anime de Dragon Ball Super l’année dernière.

Inutile de présenter l’œuvre de Akira Toriyama qui existe depuis 30 ans mais il faut savoir qu’une énième suite a vu le jour ces dernières années avec : Dragon Ball Super.

Malgré la faiblesse du niveau de cette suite, (soyons objectif) cela n’a pas empêché les français de suivre avec passion les nouvelles aventures de Sankogu et Vegeta.

Cette fidélité malgré un anime de Dragon Ball Super très critiqué pour ses dessins, ainsi que pour son scénario parfois incohérent, en dit long sur l’attachement des français pour la culture japonaise.

Pourvu que ça dure.

Vincent Griveau

Créateur, développeur et rédacteur en chef de Easy Forma. Passionné par le numérique et adepte de nombreux jeux vidéo mythiques comme Space Invaders, Flight Simulator mais aussi Call Of Duty & League of Legends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *